Rechercher

La Fierté (8me année)



Avez-vous entendu parler de la « Fierté gaie »? Qu’avez-vous entendu à ce sujet? Savez-vous comment les choses ont commencé? Est-ce que c’est aux États-Unis?


Pendant longtemps, les personnes LGBTQ+ ont été harcelées et violentées par la police. Jusqu’en 1969, il était illégal d’être une personne LGBTQ+ au Canada. Même si être une personne LGBTQ+ était illégal, les personnes queers ont toujours existé au Canada. Essayez d’imaginer ce que pouvait ressentir une personne queer lorsque son identité était illégale? Mis à part dans les lois, comment les personnes LGBTQ+ ont-elles été victimes de discrimination? À l’école? Dans la société en général?


Avez-vous entendu parler des émeutes de Stonewall, qui se sont produites à New York en 1969? Ces émeutes ont commencé lorsque la police a arrêté de façon violente des clients dans un bar LGBTQ+ appelé Stonewall Inn. Écœurée d’être violentée et harcelée par la police, la communauté LGBTQ+ – avec à sa tête des LGBTQ+ noirs et latinos – est descendue dans la rue pour protester contre la violence et le harcèlement. Un an plus tard, en 1970, avait lieu le premier défilé de la fierté gaie en Amérique, baptisé « Christopher Street Liberation Day ». C’est ainsi que les défilés de la fierté ont commencé aux États-Unis. Qu’en est-il du Canada?



Qu’en est-il du Canada? Savez-vous qu’au Canada, les défilés de la fierté ont également commencé en réaction à la violence et au harcèlement de la police? Les communautés LGBTQ+ de Montréal ont été les premières à défiler, à la fin des années 1970, pour protester contre le harcèlement et la violence de la police, ce qui a conduit à l’adoption, au Québec, de lois contre la discrimination. À Toronto, le premier défilé de la fierté a eu lieu en 1981, à la suite de violences policières contre les LGBTQ+.


Au Nouveau-Brunswick, le premier défilé de la fierté n’a eu lieu qu’en 1999. Moncton a été la première ville de la province à tenir un défilé de la fierté. En 1995, la section de Moncton de PFLAG (Parents and Friends of Lesbians and Gays) a été créée. Le premier bar gai de la ville, le Triangles Bar & Club, a ouvert la même année.


Jusqu’en 1999, les membres de la communauté LGBTQ+ devaient se rendre à Halifax, Montréal ou Toronto pour célébrer la Semaine de la fierté. Greg Daborn et Art Vautour-Toole ont donc trouvé une solution en organisant la première fin de semaine de la fierté en 2000. Au fil des ans, de nombreuses personnes de la communauté LGBTQ+ de Moncton se sont jointes aux célébrations de la Semaine de la fierté et à d’autres initiatives. Depuis maintenant plus d’une vingtaine d’années, l’organisation s’est considérablement développée afin de défendre les personnes LGBTQ+.


D’autres villes du Nouveau-Brunswick ont cependant attendu pour suivre l’exemple de Moncton. En effet, il a fallu attendre la fin des années 2000 pour avoir un défilé de la fierté à Fredericton et à Saint John. Pendant des années, les conseils municipaux de ces deux villes se sont prononcés contre la tenue d’un défilé de la fierté dans leur ville.


À Saint John, le premier défilé de la fierté a eu lieu en 2003, peu de temps après un discours controversé prononcé par l’ancienne mairesse et députée progressiste-conservatrice, Elsie Wayne, pendant lequel elle a dit : « Pourquoi doivent-ils se montrer et toujours parler de mariage? »


À Fredericton, le premier festival de la fierté autorisé par la ville n’a eu lieu qu’en 2010; un défilé de la fierté a eu lieu la même année sur un sentier pédestre plutôt que dans les rues. Le premier défilé de la fierté de rue n’a eu lieu qu’en 2012, alors que la communauté LGBTQ+ avait demandé pour la première fois en 1992 la proclamation de la semaine de la fierté. La plainte alors déposée n’a été introduite qu’en 1995 lorsque le maire a refusé de lire la proclamation.


Revenons à la question avec laquelle nous avons commencé dans la vidéo. Mis à part dans les lois, comment les personnes LGBTQ+ ont-elles été victimes de discrimination? À l’école? Dans la société en général? Que peut-on faire pour changer les choses?